saloum saloumLe lutteur Saliou Samb alias Saloum-Saloum et le sieur Yéri Gabriel Lam ont des soucis à se faire. Ce duo qui a été déféré au parquet du procureur ce vendredi est poursuivi pour les chefs de prévention d’association

de malfaiteurs et de détention d’héroïne aux fins de trafic. Le lutteur et son acolyte sont tombés dans les filets des hommes du Commissaire El Hadji Dramé de la Sûreté urbaine.

Leur deboire a commencé le 23 Octobre 2017 vers les coups de 17 heures. Ce jour-là, la Brigade de Lutte contre la criminalité (Blc) de la S.U. a reçu une information émanant d’un de leurs agents de renseignement infiltrés (ARI) dans le milieu interlope, faisant état d’un vaste trafic de drogue dure.

Sans désemparer, une enquête a été rondement menée par les limiers assermentés de la S.U. pour tirer cette affaire au clair. C’est sur ces entrefaites que le nommé Yéri Gabriel Lam qui faisait l’objet d’une filature jusqu’au domicile du lutteur Saloum-Saloum, au quartier Ben Tally a été appréhendé. Au moment de son interpellation, il détenait par devers lui douze képas d’héroïne.

Soumis au feu roulant des policiers-enquêteurs, le mis en cause ne s’est pas fait prier pour balancer le nom de Saloum-Saloum comme étant le propriétaire de la drogue saisie sur lui.

Ce dernier a été à son tour cueilli pour les besoins de l’enquête préliminaire. Interrogé sur procès-verbal dans les locaux de la police, Saloum-Saloum a opté pour la dénégation systématique comme moyen de défense. A l’en croire, il n’est mêlé ni de prés ni de loin dans cette affaire. Toutefois, il a reconnu que Yeri qui fait partie de ses fans, était venu s’entretenir avec lui, le jour de la descente inopinée des flics à son domicile, au sujet du combat qui devrait l’opposer à « Tonnerre ». Ces explications n’ont pas du tout convaincues les policiers qui l’ont écroué lui et son complice.

Étant donné que Saloum-Saloum a déjà eu maille à partir avec la justice dans un passé récent pour des faits similaires, il risque gros cette fois-ci, lors de son procès devant la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar.

S.N.

Service Clientèle

Service Commercial

Publicité

Facebook