FIFA GGLa presse sportive sénégalaise aura 20 accréditations pour la Coupe du monde 2018, en Russie (14 juin-18 juillet), informe l’ANPS (Association nationale de la presse sportive), lors d’un point de presse tenu, ce lundi matin, dans les locaux de la maison de la presse.

15 pour la presse écrite et 5 pour les reporters photographes

« Nous avons droit à 20 accréditations dont 15 pour la presse écrite (site, quotidien, magazine). Ce n’est pas l’ANPS qui l’a décidé mais la FIFA. Un code ne peut pas être utilisé par deux journalistes, c’est pourquoi, nous avons décidé un certain nombre de critères parce qu’il y a eu beaucoup de demandes comme vous pouvez l’imaginer », a fait savoir, le président de l’Association, Abdoulaye Thiam (image). « En 2002, nous avions le même quota, c’est pareil pour cette année. Mais, entre temps, nous avons vu que beaucoup d’organes de presse ont été créés », a-t-il précisé.

Pour bénéficier de ces codes, l’ANPS souligne qu’il y a des critères à remplir. Il faut d’abord que le reporter soit « un journaliste sportif » travaillant dans « un organe de presse » (magazine, quotidien, site, freelens).C’est pareil pour « les reporters photographes », a ajouté M.Thiam, qui avait à ses côtés son Secrétaire général, Bamba Kassé.

Toujours parmi les critères, il faut avoir un compte dans l‘espace Media de la FIFA. « Mais, si un code est donné à quelqu’un qui ne dispose pas d’un compte dans l’espace Media de la FIFA, il ne pourra pas avoir accès au formulaire pour pouvoir s’accréditer. Donc, obligatoirement, il faut que le journaliste nous présente son compte dans l’espace Media de la FIFA », a indiqué l’Association, précisant que chaque organe n’a droit qu’à un code, en raison de la demande réduite.

Pour éviter les complications, elle exige l’engagement par écrit de l’administrateur ou du Directeur de la Publication, disant qu’il va mettre son reporter dans de bonnes conditions, une fois en Russie.

La dernière étape évoque la caution que le reporter doit déposer au niveau de l’ANPS au plus tard le 20 janvier 2018. Il s’agit d’un montant d’un million franc Cfa non remboursable. « Cette somme sera remise au journaliste une fois en Russie. C’est une sortie de garantie. Nous avons pris ces dispositions parce que lors des précédentes éditions, nous nous sommes rendu compte que des journalistes ont désisté au dernier moment.  Quand il y aura une autre compétition, la FIFA tiendra compte du nombre de journalistes qui ont pu se déplacer. Elle verra si le Sénégal a pu déplacer tous les 20 reporters. S’il y a par exemple deux qui partent, en 2022, on n’aura pas 20 si le Sénégal se qualifie. On pourrait avoir 18 codes. C’est comme ça que fonctionne la FIFA », a expliqué le président de l’ANPS, indiquant que 5 millions francs Cfa suffiront au reporter qui souhaite couvrir la compétition.

Par contre, pour les télévisions et radios qui souhaitent également faire également le déplacement, des « solutions seront trouvées », assure l’Association, qui compte faciliter le séjour des journalistes sportifs sénégalais désireux se rendre en Russie.

Mamadou Salif GUEYE

Service Clientèle

Service Commercial

Publicité

Facebook