Benno siggil senegalPour promouvoir les jeunes sur la scène politique, il faut en comprendre les enjeux et accepter la nouvelle donne. Mais cette compréhension n’existe pas dans le paraitre ni dans le décor humain. On la trouve au niveau de la moralité.

Beaucoup de nos hommes politiques oublient la notion de temps et font le mort dans l’espace de l’Etat.

 Si on fait un diagnostic aujourd’hui des partis politiques, on trouvera des fractionnistes de tous bords car on est arrivé de temps à une époque d’implosion.

Cette nouvelle génération ne supporte plus d’être l’escalier des ainés qui construisent des acquis à la sueur de leur  front. D’ailleurs en ce sens, nous rejoignons Moustapha Cissé Lo sur la retraite des hommes politiques à 72 ans. Jetons un coup œil sur nos grandes institutions et voyons  qui est à leur tête.

Il apparait de ses derniers développements du landerneau politique du Sénégal, que les Partis classiques PS-AFP sont en dislocation. Les dirigeants de ces Partis ont sacrifié leurs lieutenants les plus aguerris et leurs jeunes au profit de leurs propres intérêts personnels.

Notre pays n’a pas de problème de crème intellectuelle. Partout dans le monde on retrouve des Sénégalais employés dans les organismes internationaux. Mais ce qui est regrettable c’est que certains hommes politiques ont un problème pour renoncer.

Ils sont prêts à accepter jusque dans la bassesse pour rester au pouvoir. Donc en résumé, on peut dire aujourd’hui que les partis politiques sont dans une phase à la fois de crise et de mutation profonde et multidimensionnelle.

Tous soulignent que les changements importants de cette nouvelle génération se sont opérés particulièrement au cours de ces dernières années, dans la manière de penser, d’agir et de réagir. Et pourtant ces dirigeants de ces partis politiques gardent toujours le silence pendant qu’une frange de cette nouvelle génération se bat pour émerger.

En définitive, on peut bien dire, si l’on en croit toujours à cette alternance générationnelle, qu’il faut dépasser le niveau d’une simple évolution interne, progressive ; se constituer en fait, une véritable révolution silencieuse, une coupure authentique d’avec les symboles, les mythes, les normes et les modes de fonctionnement propres aux partis politique de cinquantaine d’années aux environ.

Cette libération d’esprit des jeunes d’aujourd’hui ne s’est pas non plus accomplie à vase clos : au contraire, elle s’est préparée et s’est réalisée en communion avec la percée de la société civile.

Cette nouvelle vision de cette jeunesse admet de plus en plus difficilement la notion des partis classiques qui sont taxés bien des attitudes et des comportements archaïques qui sont encore en vigueur dans notre pays.

S’il y avait une éthique au niveau de nos hommes politiques, la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui n’admet plus la notion de cette  politique classique qui est toujours bien taxée de mauvaise habitude et de sales comportements qui sont en vigueur dans notre pays  jusqu’à aujourd’hui.

Ce changement doit se situer au-delà de l’exhibition politique que l’on perçoit à travers le mode d’évolution des jeunes et des jugements conscients de la population ; nos ainés politiques plongent leurs racines dans les couches souterraines de l’inconscience, là où les pulsions vitales surgissent.

Bon nombre de jeunes sénégalais n’acceptent plus, dans la strate consciente ou subconsciente de leur moi, le caractère peccamineux attribué autrefois à plusieurs manifestations de la manière de faire de la politique.

La jeunesse est en train au contraire, de se forger dans le feu de l’action de la vie, de nouvelles normes morales relatives à la politique et à bien d’autres domaines de la vie sociale.

On peut dire que la prévention des conflits ainsi que le système de résolution des problèmes dans les partis politiques s’articule autour des statuts qui sont devenus des armes pour exclure les militants non favorables à l’intérêt du secrétaire général.

D’ailleurs, même les permanences qui devaient être un lieu de résolution de tous les litiges entre membres du parti, sont devenues des théâtres spectaculaires de combat.

Donc une mutation s’impose, lorsqu’on sait que ces règlements sur la destinée des partis politiques appartiennent aux militants. Mais en fait, pourquoi ne pas traduire les textes règlementaires en langues nationales.

Moussa Ba 

Responsable Politique aux Parcelles Assainies

Service Clientèle

Service Commercial

Publicité

Facebook